EnglishEspañolPolskie

Le crédit social: christianisme appliqué

Par Alain Pilote le mardi, 01 octobre 2013. Dans Éditorial

CursilloLa photo au bas de la page montre Mgr Mathieu Madega Lebouakehan, évêque de Mouila au Gabon (et administrateur apostolique du diocèse de Port-Gentil), remettant au Pape François une copie en espagnol de notre livre La démocratie économique expliquée en 10 leçons (en espagnol, Cursillo, ou Petit cours sur la doctrine sociale de l’Église et son application en économique), le 9 octobre 2013, à la fin de l’audience générale tenue chaque mercredi Place Saint-Pierre au Vatican.

Ce livre sert de base pour nos sessions d’étude tenues deux fois par année à Rougemont sur le Crédit Social et la doctrine sociale de l’Église, sessions auxquelles plus de cinquante évêques africains ont déjà participé. Mgr Madega y avait assisté une première fois en août 2012, et s’était ainsi exprimé lors du Synode des évêques à Rome sur la nouvelle évangélisation au mois d’octobre suivant: «Le Crédit Social est un système financier privé de dettes au service de l’homme. Cette structure inspirée par l’Esprit Saint aidera l’Église et l’humanité tout entière.»

Mgr Madega a assisté de nouveau en août 2013 à notre session d’étude à Rougemont, donnant lui-même quelques-unes des leçons (voir page 9). Il va s’occuper de faire traduire ce livre des 10 leçons en italien, pour en faciliter la diffusion au Vatican dans les milieux ecclésiastiques.

Le fondateur des principes du crédit social, l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas, disait que le crédit social pouvait être résumé en deux mots: christianisme appliqué. On peut lire à la fin de la leçon 1 de ce livre sur la démocratie économique ces paroles de Geoffrey Dobbs:

«Le terme “crédit social” désigne la foi ou confiance qui lie ensemble les membres d’une société, sans laquelle c’est la peur, et non la confiance, qui cimente cette société... ce crédit social, ou confiance en la vie en société, atteint son maximum lorsque la religion chrétienne est pratiquée, et atteint son minimum lorsqu’on nie le christianisme ou qu’on s’en moque.»

Faire la promotion des principes chrétiens, ce n’est pas s’éloigner du crédit social, ça en fait justement partie. Les deux vont de pair. C’est ce que chaque numéro de Vers Demain explique, y compris celui-ci. Bonne lecture!

Mgr Madega offre le "Cursillo" au Pape François

À propos de

Panier

Dernière parution

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut