EnglishEspañolPolskie

En régime démocratique

Par Louis Even le mercredi, 01 mai 1940. Dans Crédit Social

MAIS... MÉDÉRIC ÉPROUVE ENCORE DES SCRUPULES !

Un régime est d’autant plus démocratique qu’il donne plus de satisfaction à la multitude.

Ce n’est pas la forme du régime qui importe. C’est le résultat, la satisfaction de la multitude.

Dans tel pays, le gouvernement peut prendre une apparence de dictature, et cependant le grand public être de plus en plus satisfait. Satisfaction plus complète des besoins temporels et meilleur épanouissement de la personne humaine. On dit que c’est le cas au Portugal.

Vous pouvez avoir 86 ou 245 semblants de cerveaux en gestation dans une serre chaude où l’on cultive des discours, et n’avoir pas pour cela un peuple satisfait. Car ce n’est pas de discours que se nourrit et se vêt la multitude. On dit que c’est le cas dans la province de Québec, que c’est le cas au Canada.

Ce doit être une calomnie, car le Canada est cent pour cent démocratique. Tellement démocratique que ses fils traversent l’océan pour aller se battre pour l’idéal démocratique.

Dans une démocratie, c’est la volonté de la majorité qui doit l’emporter. Non pas seulement pour choisir les hommes qui vont administrer ; si ce n’était que cela, on ne serait en démocratie qu’une journée tous les quatre ou cinq ans. Mais la volonté de la majorité doit continuellement déterminer l’objectif que poursuivront nos administrateurs.

Dans un pays où la majorité se compose de riches, ce sont les riches qui doivent dicter la législation. Autrement, ce ne serait pas une démocratie.

Dans un pays où la majorité se compose de pauvres, ce sont les pauvres qui doivent guider la législation. Autrement ce ne serait pas une démocratie.

Les économistes nous disent que pour mener un niveau de vie tant soit peu décent, une famille de quatre personnes doit disposer d’au moins $1,200. par année.

Aux États-Unis, 75% des familles ont moins de $1,200 par année. La majorité est donc pauvre aux États-Unis.

Au Canada, 90% des familles vivent avec moins de $1,000 de revenu par année. La grande majorité est donc pauvre au Canada.

Au Canada comme aux États-Unis, pays démocratique, la législation est donc entière orientée vers l’amélioration du sort des pauvres.

Nos statisticiens, et même nos politiciens, nous disent que le Canada ne produit que le quart de ce qu’il pourrait produire. C’est donc environ 12 milliards de production annuelle qui n’est pas faite et qui attend le bon plaisir des consommateurs. On peut donc, sans abaisser le niveau de vie actuel de personne, augmenter de $7,000 par année le revenu moyen de chaque famille du Canada.

Aussi, dans notre Canada très démocratique nos nombreux gouvernements manœuvrent-ils avec diligence pour que chacune de nos familles jouisse d’un revenu au moins supérieur à $5,000 par année.

N’est-ce pas que nous sommes bien avancés dans cette voie ? N’est-ce pas que nous y allons à grands pas depuis dix ans ? Le statut de Westminster nous a fait les maîtres souverains chez nous. Les électeurs, très intelligents, ont eu soin de donner une majorité substantielle à leur gouvernement central, soit bleu, soit rouge.

Aussi sommes-nous au seuil du résultat. Nos familles avancent rapidement vers un régime d’aisance en bénissant la démocratie canadienne.

Non ? Un rêve ? Alors, la démocratie n’est-elle qu’un rêve au Canada ?

VERS DEMAIN 1er mai 1940 page 2, 1940_05_No12_P_002.doc

 

Auteur :

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut